Découverte

KORHOGO – LA REGION DU PORO

Fotamanan

La Ville de Korhogo est située au nord de la Côte d’Ivoire, dans la région du Poro. La ville a été créée aux environs du 14ème siècle.

Comme les 18 Montagnes, la région du Poro a un patrimoine culturel et traditionnel très riche. L’Appellation de la région doit son nom au système initiatique du Poro pratiqués par la population. La pratique du Poro chez les autochtone Sénoufo se présente comme l’école de formation traditionnelle par excellence.

Tout Sénoufo est appelé à faire son initiation au Poro, lequel joue un rôle déterminant dans la vie sociale et religieuse. Il y a divers autres pratiques folkloriques initiatique tel que les danses Boloye, Wambélé et le Balafon ou culturelles comme le Gbinhou – lutte traditionnelle pratiquée par les jeunes garçons au claire de lune et le Katohô pratiqué par les jeunes filles. Ces célébrations culturelles rapprochent les jeunes garçons et les jeunes filles dans une dynamique sociologique et solidaire.

La Société Sénoufo est caractérisée par le lignage matrilinéaire et un pouvoir centralisé. La théologie du Sénoufo est basée sur la croyance en Koulotiolô, le Dieu Puissant et Katiéléo, la Déesse-mère.  Le pouvoir Sénoufo s’exerce autour de 3 institutions:

  • Kéguefolô : possesseur du village 
  • Tarafolô : possesseur de la terre qui délibère sur toutes les questions de terres de la collectivité 
  • Zizanfolô : possesseur du Poro

Profitez de l’hospitalité senoufo, un peuple attaché à la tradition mais très ouvert au monde. Visitez le Festival artistique et culturel de Korhogo (FESACKO) qui a lieu chaque année dans le mois de Février.

 

La Missiriba – La Grande Mosquée de Kong

La Missiriba est la Grande Mosquée de Kong. Du même style que celle de Djenné, la mosquée a été construite au 17ème siècle en terre crue et renforcée. Elle présente un style architectural soudano-sahélien tinté d’influence islamique. Cet édifice, symbole de l’islamisation en Côte d’Ivoire fut détruite en 1897 pendant la conquête coloniale. Elle a été reconstruite pendant la période coloniale (autour de 1900) et restaurée en 1978.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *